Forum de discussion autour de l'histoire et des sciences
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Robert Louis Stevenson

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rick



Masculin Nombre de messages : 709
Age : 38
Localisation : Dans la nuit des temps
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Robert Louis Stevenson   Mer 26 Nov - 0:01



Stevenson naît Robert Lewis Balfour Stevenson à Édimbourg en Écosse, le 13 novembre 1850. Son père, Thomas Stevenson, et son grand-père, Robert Stevenson, sont tous deux des constructeurs de phares très réputés en Écosse. Sa mère Margaret Balfour est, quant à elle, la fille cadette du pasteur Lewis Balfour.

Dès son plus jeune âge, Stevenson se montre un enfant à la santé précaire, fragile des poumons et des bronches (il contracte notamment la tuberculose). Sa scolarité est très irrégulière du fait de ses fréquentes maladies. C'est durant ses périodes d'alitement que sa nurse Alison Cunningham (qu'il surnomme affectueusement « Cummy ») exalte son imagination en lui racontant de nombreuses histoires écossaises.

Destiné à suivre la carrière de son père, il entre en 1867 à l'Université d'Édimbourg afin d'y préparer un diplôme d'ingénieur. Mais il s'applique en fait peu aux études (malgré ses dessins de phares commentés élogieusement) et mène une vie très dissolue avec d'autres étudiants. C'est à 18 ans qu'il adopte le nom de Robert Louis Stevenson et le sigle RLS pour se désigner.

En 1871, il abandonne ses études d'ingénieur, sa mauvaise santé s'accordant mal avec le métier de constructeur de phares. Il décide alors de se tourner vers le droit, pensant ainsi disposer de plus de loisirs afin de se consacrer à sa vocation secrète : l'écriture. En juillet 1875, il obtient son diplôme d'avocat mais il n'exerça jamais cette profession.

En 1876, il sillonne les canaux d'Anvers à Pontoise, voyageant à travers la France et la Belgique. Il publia son voyage, en 1878, dans le livre Un voyage dans les Terres, qui est un des premiers livres présentant la randonnée et le camping comme des activités de loisirs — il s'agit du premier essai décrivant des sacs de couchage.



En 1878, à la suite d'une peine de cœur, il part s'isoler au Monastier-sur-Gazeille. Depuis cette localité, il effectue une randonnée en compagnie d'une ânesse, nommée Modestine, le bât fixé sur l'animal est un sac servant à contenir ses effets et son sac de couchage. Parti le 22 septembre 1878 de Haute-Loire, il atteint douze jours plus tard la petite ville de Saint-Jean-du-Gard. Son parcours a cheminé dans le Velay, le Gévaudan, le mont Lozère et les Cévennes, passant par les communes de Langogne, Luc et Florac. Aujourd'hui cette randonnée de 230 km est connue sous le nom de « chemin de Stevenson » et est référencée comme sentier de grande randonnée GR70. Il publiera en 1879 le récit de cette randonnée, dans Voyage en Cévennes avec un âne, qui devint le livre de chevet de nombreux randonneurs.

En 1887, après le décès de son père, il partit aux États-Unis, où il fut accueilli par la presse new-yorkaise comme une vedette, suite au succès de "L'Étrange Cas du Dr Jekyll et de Mr Hyde" (1886). Il passa l'hiver dans les monts Adirondacks pour soigner sa tuberculose, et décida au printemps d'effectuer une croisière en Océanie où il visita les îles Marquises, les îles Gilbert et les Samoas.

En 1890, sa santé s'aggravant, il s'installe définitivement à Vailima aux Samoa dont le climat tropical est bénéfique à ses problèmes respiratoires. Sans négliger sa carrière littéraire, il s'investit beaucoup auprès des Samoans : lors d'une guerre civile en 1893, il prend même leur défense contre l'impérialisme allemand. Pleins de gratitude, les indigènes bâtissent en son honneur une route menant à sa plantation. Il devient même un chef de tribu, appelé respectueusement Tusitala (« le conteur d'histoires ») par ses membres. Il meurt d'une crise d'apoplexie à l'âge de 44 ans le 3 décembre 1894 à Vailima et est enterré, selon son souhait, au sommet du mont Vaea, face à la mer. Son épouse Fanny (née Osbourne) lui fut un grand soutien dans sa vie aventureuse et ardue.

Son œuvre
Il fut, à la fin du XIXe siècle, l'un des premiers à décrire de façon réaliste les paysages et les mœurs des contrées du Pacifique. Ses nombreuses contributions littéraires et sociologiques lui valurent l'estime des peuples du Pacifique. En pleine période du colonialisme triomphant, il a défendu la cause des autonomistes contre les puissances coloniales, surtout une fois installé à Samoa. Il a été honoré de la reconnaissance des habitants des Kiribati où son débarquement, un 12 juillet, a été repris comme point de départ de l'indépendance, 90 ans après. Aux Samoas, sur sa tombe, une épitaphe émouvante, le rappelle au souvenir des siens.

Ses nouvelles d'aventure, romance et horreur ont une profondeur psychologique considérable et leur popularité continue de nos jours, aussi bien en livre qu'au cinéma.


Dernière édition par Rick le Mer 26 Nov - 0:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
Rick



Masculin Nombre de messages : 709
Age : 38
Localisation : Dans la nuit des temps
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Robert Louis Stevenson   Mer 26 Nov - 0:02

Ses publications


Romans et nouvelles
1882 : New Arabian Nights (Les Nouvelles mille et une nuits), recueil de nouvelles rocambolesques contenant :
The suicide-club (Le Club du suicide)
The Raja's Diamond (Le Diamant du Rajah)
The Pavilion on the Links
A Lodging for Night (Une Loge pour la nuit)
The Sire of Maletroit's Door
The Providence and Guitar
1883 : Treasure Island (L'Île au trésor), son premier grand succès, une histoire de pirates et de trésor caché qui a été adaptée au cinéma plusieurs fois. Le livre est dédié à son beau-fils Lloyd Osbourne, qui lui inspira l'idée de l'île, de ses mystères et de son trésor.
1884 : The Black Arrow, a tale of Two Roses (La Flèche noire)
1884 : More New Arabian Nights : The Dynamitter (Le Dynamiteur), la suite de New Arabian Nights
1886 : The Strange Case of Dr. Jekyll and Mister Hyde (L'Étrange Cas du docteur Jekyll et de M. Hyde)
1886 : Kidnapped ! (Enlevé !)
1887 : The Merry Men (Les Gais Lurons), recueil de nouvelles contenant :
The Merry Men (Les Gais Lurons, 1881)
Will O'Mill (Will du Moulin, 1877)
Markheim (1884)
Janet the Thrawn (Janet la Torte, 1881)
Olalla (1884)
The Franchard's Treasure (Le Trésor de Franchard, 1882)
1887 : The Misadventures of John Nicholson (Les Mésaventures de John Nicholson)
1889 : The Master of Ballantrae (Le Maître de Ballantrae)
1889 : The Wrong Box (La Mauvaise caisse ou Le Mort Vivant ou Un Mort encombrant)
1893 : Catriona, la suite de Kidnapped !
1896 : Weir of Herminston (Herminston, le juge pendeur), inachevé et posthume
1897 : St Ives (St Yves, prisonnier d'Édimbourg), inachevé et posthume


Poésie
1885 : A Child's Garden of Verses, recueil destiné à l'origine aux enfants mais très populaire aussi auprès de leurs parents. Il contient les fameux « My Shadow » et « The Lamplighter ». Ce recueil pourrait représenter une réflexion positive de l'enfance maladive de l'auteur.
1887 : Underwoods


Sur les voyages
1878 : An Inland Voyage (Un voyage dans les Terres), voyages à travers la France et la Belgique, un des premiers livres présentant la randonnée et le camping comme des activités de loisirs (il s'agit du premier essai décrivant des sacs de couchage)
1879 : Travel with a donkey in the Cevennes (Voyage avec un âne dans les Cévennes)
1883 : The Silverado Squatters (Les Squatters de Silverado), vie en Californie durant sa lune de miel dans une mine désaffectée.


Œuvres documentaires sur le Pacifique
In the South Seas (Dans les mers du Sud), une collection d'articles de Stevenson et d'essais sur ses voyages dans le Pacifique.
A Footnote to History: Eight Years of Trouble in Samoa, traduit en français sous le titre de Les Pleurs de Laupepa, Voyageurs Payot, 1995.


Fiction des Îles
1892 : The Wrecker (Le Naufrageur ou Les Trafiquants d'épaves)
1892 : Island's Night Entertainments (Veillées des Îles), contenant les nouvelles :
The Beach of Falsesá (La Plage de Falesá ou Ceux de Falesá), une de ses œuvres les plus matures, dans laquelle il explore les relations entre les colons blancs et les indigènes d'une manière qui préfigure Conrad et Maugham
The Bottle Imp (Le Diablotin de la Bouteille)
The Isle of Voices (L'Île aux Voix)
1894 : The Ebb-Tide (Le Reflux ou Le Creux de la vague)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
 
Robert Louis Stevenson
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Je m'appelais Marie-Antoinette de Robert Hossein
» Petites questions avant d'entrer à Louis le Grand...
» la bonhommie du Roi Louis XVI
» Dom Robert : les oiseaux rares
» BAILLOT (Louis-V.) Fusilier -105è de ligne - Carisey (YONNE)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFDP Histoire et Sciences :: Coin des membres :: Présentation :: Littérature-
Sauter vers: