Forum de discussion autour de l'histoire et des sciences
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Les cônes venimeux

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rick



Masculin Nombre de messages : 709
Age : 38
Localisation : Dans la nuit des temps
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Les cônes venimeux   Mar 1 Juil - 20:14

Parmi les quelques 50 000 espèces de coquillages recensées dans le monde, la famille des cônes est sans doute, avec celle des porcelaines, l'une des plus attractives et des plus intéressantes qui soient. Les récolteurs occasionnels y voient des coquilles aux motifs géométriques et aux couleurs délicates.



Dans la classification complexe des Mollusques, les cônes appartiennent à la classe des Gastropodes, à la sous-classe des Posobranchia, à l'ordre des Neogastropoda et à la super-famille des Conacea. Celle-ci regroupe les Turridae (turrides), les Terebridae (térèbres) et les Conidae, proches parents qui comptent parmi les espèces de coquillages les plus évoluées. Carnivores, ils utilisent, pour capturer leurs proies, un véritable dard venimeux. Lorsqu'une proie est localisée et est suffisamment proche, une sorte de fléchette empoisonnée est éjecté par la trompe et vient frapper la victime. Le venin, assez proche du curare dans sa composition chimique, entraîne en atteignant les centres nerveux une paralysie totale ou partielle quasi-immédiate. Il ne reste plus au prédateur qu'à ingérer sa proie immobile en l'engloutissant dans sa trompe dilatée.

Si les térèbres et les turrides sont relativement inoffensives pour l'homme, il n'en est pas de même pour les cônes. Ces derniers peuvent être classés selon trois grands groupes en fonction de leurs habitudes alimentaires : certaines espèces se nourrissent de vers qu'elles trouvent dans le sable, d'autres de mollusques (dont, parfois, leurs propres congénères), d'autres enfin de poissons. Les piqûres des espèces vermivores peuvent être douloureuses mais ne présentent pas de danger réel pour l'homme, à l'exception des espèces de grande taille comme Conus leopardus ou Conus quercinus. De fait, des quelques 500 à 600 espèces de cônes répertoriées dans le monde, seule une vingtaine est dangereuse. Il s'agit principalement d'espèces molluscivores et piscivores, leur venin devant être assez puissant pour mettre à mal des proies de taille importante et capables de se défendre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
Rick



Masculin Nombre de messages : 709
Age : 38
Localisation : Dans la nuit des temps
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Re: Les cônes venimeux   Mar 1 Juil - 20:22

Le cône est munie d'une trompe qu'il peut déployer et lancer vers sa proie. A l'extrémité de cette trompe se trouve une dent, véritable fléchette empoisonnée, qui se fiche dans la chair de l'animal attaqué. Le venin qui enduit la dent peut être blanc, gris, jaune ou noir et contient de petites molécules ayant une action proche du curare, ce sont des cônotoxines. L'action est paralysante. Le venin agit en effet au niveau de la plaque motrice, c'est à dire l'endroit où la terminaison d'un neurone moteur touche le muscle et par des mécanismes complexes entraîne la contraction musculaire. Lorsque le venin infiltre la plaque motrice, deux mécanismes surviennent alors: tout d'abord une hyperexcitabilité du muscle avec tétanie puis blocage de l'influx nerveux avec une paralysie complète du muscle.

Les espèces les plus venimeuses sont sans conteste Conus geographus, Conus tulipa et Conus striatus, toutes trois piscivores. Parmi les autres cônes dangereux pour l'homme, on peut aussi citer Conus pennaceus, Conus textile, Conus aulicus, Conus magus ou encore Conus marmoreus. Comme pour d'autres prédateurs, il n'a pas été mis en évidence une relation entre la taille du spécimen et sa dangerosité. Il est en revanche probable que les piqûres sont d'autant plus graves que l'individu n'a pas atteint de proie depuis longtemps, la quantité de venin disponible étant alors maximale. A ce propos, sachez que le cône dispose de plusieurs dizaines de dards venimeux : les piqûres peuvent donc être multiples. Le récolteur imprudent ressent d'abord une vive douleur, puis une paralysie progressive pouvant entraîner la mort dans un délai de 2 à 6 heures.



L'aire de répartition des cônes venimeux s'étend dans toute la zone Indo-Pacifique, dans la région indo pacifique en eau peu profonde sur les récifs coralliens, tantôt sur le substrat corallien mort, tantôt dans les cuvettes sableuses. Ainsi des accidents ont été signalé en Polynésie française, en Nouvelle Calédonie et à l'île de La Réunion. Les cônes vivent également en eau profonde mais aussi dans les régions tropicales de l'océan atlantique.

La seule espèce de Méditerranée, Conus ventricosus, déclinée en autant d'appellations que de régions où on la collecte, est totalement inoffensive. Quant à la région Caraïbe, aucune trace d'une quelconque venimosité des cônes qui y sont représentés n'a jamais été révélée. Ce qui, en l'occurrence, ne permet pas de conclusion hâtive, de nouvelles espèces étant découvertes chaque année. Les cônes, non content d'offrir des coquilles somptueuses, nous réservent peut-être encore des surprises.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
 
Les cônes venimeux
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'orvet est venimeux : Légende locale ?
» Scorpion
» Mouche scorpion - Panorpa sp
» Loki
» En image : 126 espèces découvertes dans le Mékong en 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFDP Histoire et Sciences :: Sciences :: Sciences :: Zoologie-
Sauter vers: