Forum de discussion autour de l'histoire et des sciences
 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le site de Jiroft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Rick



Masculin Nombre de messages : 709
Age : 38
Localisation : Dans la nuit des temps
Date d'inscription : 02/06/2008

MessageSujet: Le site de Jiroft   Sam 14 Juin - 5:26

Homme curieux a écrit:
Une civilisation vieille de plus de 5 000 ans sort de terre en Iran

LE MONDE | 02.10.03 | 14h33 • MIS A JOUR LE 02.10.03 | 17h02 Entre 2001 et 2002, des milliers d'habitants de la région de Jiroft ont pillé plusieurs cimetières très anciens sans savoir qu'ils exhumaient un foyer culturel et artistique inconnu des archéologues, qui pourrait être l'équivalent de la Mésopotamie à la même époque. De manière caricaturale, la profession d'archéologue se résume souvent pour le public à une chasse au bel objet alors qu'elle est avant tout une quête d'histoire. Mais il ne faut pas bouder son plaisir lorsque des trésors surgissent de terre. Ainsi, quand l'archéologue franco-iranien Youssef Madjidzadeh se retrouva, en 2002, dans la cour de la prison de Kerman (Iran), en présence d'une quantité d'objets issus de fouilles sauvages et saisis par la douane locale, il manqua se sentir mal. " Il ne fut pas le seul, raconte Jean Perrot, ancien directeur de recherches au CNRS et spécialiste de l'Iran ancien. Lorsque mes collègues ont vu ce matériel, certains ont eu une poussée d'adrénaline et j'ai bien cru qu'il faudrait appeler le SAMU..." Devant les yeux de tous ces chercheurs, apparaissait l'expression d'un foyer culturel et artistique vieux de plus de cinq mille ans, dont l'existence n'avait jusqu'alors pas été pressentie. Certes, quelques vestiges avaient été retrouvés çà et là tout autour du golfe Persique, mais sans que l'on puisse deviner leur origine. Les très nombreux objets dévoilés dans le numéro d'octobre des Dossiers d'archéologie et présentés à Paris par Youssef Madjidzadeh et Jean Perrot proviennent de la région de Jiroft, située dans la province de Kerman, au sud-est de l'Iran. Entourée sur trois côtés par des montagnes culminant à plus de 4 000 mètres, cette cuvette isolée constitue un no man's land archéologique. Mais il ne s'agit pas d'un désert humain. En 2001, à la suite d'une inondation, un des habitants découvrit, probablement dans une tombe éventrée par le passage de l'eau, des vases en chlorite et s'aperçut vite du bénéfice qu'il pouvait en tirer. PILLAGE MASSIF Cela donna le coup d'envoi d'une incroyable et gigantesque opération de fouilles clandestines, que décrit Youssef Madjidzadeh : "Des milliers de personnes ont participé au saccage, à la recherche de trésors. Ils fouillaient de l'aube au coucher du soleil. Un carré de 6 × 6 mètres était dévolu à chaque famille. Par souci d'équité, une parcelle de taille identique était également accordée à des groupes de six veuves. Ce pillage massif et de longue durée a porté surtout sur des cimetières où des offrandes funéraires avaient été déposées en grand nombre, parfois jusqu'à soixante objets dans une tombe. Les secteurs résidentiels ont échappé à la destruction." Pendant des mois, des milliers de vestiges furent exhumés sur ce mode sauvage, sans qu'il soit possible d'en effectuer un décompte précis. Au même moment, de nombreuses antiquités moyen-orientales inondaient les salles des ventes européennes, américaines et asiatiques... Il fallut attendre le début de 2002 pour que les autorités iraniennes réagissent, arrêtent des contrebandiers et des fonctionnaires locaux coupables de laxisme et confisquent environ deux mille objets. L'inventaire du butin pouvait commencer. Il était constitué de vases, de godets et de coupes en chlorite - pierre tendre facile à sculpter - portant en relief de nombreuses décorations, les artistes d'alors répugnant visiblement à laisser des vides. Les plus belles pièces étaient en général incrustées de pierres semi-précieuses, dont la plupart ont disparu. On y voit tout un monde : des villes fortifiées entourant des bâtiments assez élaborés, différentes espèces de végétaux, mais également nombre de scènes animées, des zébus, des chèvres, d'étranges têtes de femmes émergeant de vases, des serpents enlacés, seuls ou se battant contre des panthères, des combats de fauves, mais aussi la lutte de créatures fantastiques, hybrides d'hommes et de lions, de scorpions et de taureaux. Pour Jean Perrot, cette récolte d'objets richement décorés est une aubaine : "Nous disposons d'une iconographie homogène, utilisant le même "vocabulaire" et la même "syntaxe". Elle nous livre le reflet du monde d'alors, du milieu naturel et des paysages dans lesquels vivaient ces gens il y a cinq mille ans, ainsi que le reflet de leur monde intérieur, de leur imaginaire, de leurs préoccupations, de leur peur de la mort. Ce qui permet de faire un point sur le stade qu'avait atteint la pensée humaine au tournant du IVe et du IIIe millénaire avant Jésus-Christ." "L'IDÉE DU DIVIN" Un des vases sculptés s'avère particulièrement frappant : au-dessus d'une scène pastorale prenant pour décor un paysage de torrents et de montagnes, un homme, derrière lequel se trouvent le Soleil et la Lune, tient, les bras levés, ce qui pourrait être un arc-en-ciel ou une représentation de la voûte céleste. Comme le fait remarquer Jean Perrot, "on dirait qu'il est à la recherche d'un principe supérieur. L'étude de l'iconographie de ces objets montre que cette notion de principe supérieur est en train de se concrétiser. L'idée du divin est déjà présente, mais elle ne se traduit pas encore sous figure humaine. Cela ne viendra qu'après, en Mésopotamie". Selon le spécialiste de l'ancien Iran Carl Lamberg-Karlovsky, professeur à l'université Harvard, la découverte des vestiges archéologiques de la région de Jiroft constitue un événement considérable qui "remet en cause notre concept fondamental des origines de la civilisation du Moyen-Orient". "Dans une région qu'on ne croyait habitée que par des nomades poussant des moutons devant eux,poursuit Jean Perrot, on a une civilisation évoluée, un foyer rayonnant au moins égal sinon supérieur à ce que l'on trouve en Mésopotamie au même moment." La première campagne de fouilles officielles, menée par Youssef Madjidzadeh, a eu lieu en janvier et février, époque de l'année où les conditions météorologiques sont le mieux adaptées au travail sur le terrain. Parmi les quelque quatre-vingts sites désormais répertoriés, les chercheurs ont privilégié non pas les cimetières mais les restes d'une ville entourée de puissants remparts. De nombreux vestiges et structures ont été mis au jour, mais ce n'est que le début d'une longue exploration. Devant l'ampleur de la tâche, le professeur Madjidzadeh soupire : "On aura peut-être besoin de cinquante ans pour finir les fouilles. Ou peut-être plus... Je sais que nous avons devant nous l'équivalent de la Mésopotamie, et ce sera un travail très dur. J'ai donc proposé à des équipes internationales de collaborer avec nous." Les Américains de l'université de Pennsylvanie sont très intéressés. En revanche, la Maison de l'archéologie et de l'ethnologie de l'université de Nanterre (Paris-X), contactée, n'a toujours pas donné de réponse... Pierre Barthélémy



ALiberation: RCHEOLOGIE. Le site de Jiroft date de 3000 av J.-C.

Sciences ARCHEOLOGIE. Le site de Jiroft date de 3000 av J.-C. La pêche plurimillénaire des douaniers iraniens Par Sylvie BRIET vendredi 03 octobre 2003 évrier 2002, Youssef Madjidzadeh, archéologue franco-iranien, se rend à la prison de Kerman dans le sud-est iranien, et y découvre des centaines d'objets saisis par les douanes iraniennes : vases en chlorite (1) décorés, statuettes humaines et animales incrustées de turquoise, de marbre, de lapis-lazuli. Datant du IIIe millénaire, ils témoignent d'une civilisation indépendante et originale. Tous ces objets proviennent des environs de ce village du Jiroft, une cuvette située dans la province de Kerman, aux frontières du Pakistan et de l'Afghanistan, à 600 mètres d'altitude. Une région entourée de hautes montagnes, peu visitée, quasiment jamais fouillée par des archéologues. Une partie de cette incroyable collection vient d'être présentée en France par la revue Dossiers d'archéologie qui y consacre son numéro d'octobre. Trafic. A la suite d'inondations en 2001, les habitants de la région de Jiroft découvrent des tombes remplies d'objets, notamment des offrandes funéraires. A la recherche de trésors, ils se lancent dans des fouilles sauvages, s'organisent, cherchent de l'aube au coucher du soleil. Un carré de 6 mètres de côté est attribué à chaque famille. Des milliers d'objets sortent ainsi du pays en direction de l'Europe, l'Asie, les Etats-Unis. Les fonctionnaires locaux ferment les yeux pendant un an, jusqu'à ce qu'en février 2002, les gardiens de la révolution décident de stopper le trafic. Ils arrêtent de nombreux contrebandiers et saisissent les objets. Devant l'ampleur de cette découverte, les autorités iraniennes décident de lancer des fouilles internationales, Yousef Madjidzadeh en est le directeur. La première campagne démarre en janvier 2003. «Nous avons repéré 80 sites, la plupart au sud de Jiroft, raconte l'archéologue iranien. Les fouilles montrent qu'au début du IIIe millénaire, il y avait là une population dense et déjà hiérarchisée. Divers ateliers fabriquaient les objets en chlorite. Il existait ici une culture totalement différente de la culture mésopotamienne.» Pour Jean Perrot, qui a dirigé entre 1968 et 1979 les fouilles de Suze en Iran, «l'ornementation des vases nous fait pénétrer dans le monde de Jiroft. Elle nous donne une idée du monde intérieur des hommes qui vivaient là il y a 5000 ans : ils sont représentés avec de longs cheveux, vêtus de jupe. Beaucoup de serpents, de scorpions, les accompagnent. L'homme a une relation directe avec les bovidés. Lorsqu'il est vêtu de parures, il maîtrise les panthères et les serpents. Tout cela trahit l'existence d'une culture ancienne de haut niveau artistique. L'Iran, que l'on croyait à l'écart des grandes civilisations de cette époque avait un développement pour le moins comparable à Sumer [au sud de l'Irak actuel, ndlr]. Nous avons là la source d'une des composantes de la civilisation mésopotamienne. Il y a un avant et un après Jiroft». Youssef Madjidzadeh voit lui aussi dans Jiroft une découverte qui pourrait faire de l'Iran du sud-est le berceau de la civilisation orientale. Echanges. D'autres archéologues français spécialistes de la région ne vont pas aussi loin. «Les objets de Jiroft possèdent un style propre mais l'iconographie est pour une large part d'inspiration mésopotamienne, estime Jean-Daniel Forest, du CNRS, il y a eu des échanges entre ces régions.» «La culture de Jiroft est l'une des nombreuses cultures urbaines du plateau iranien, tempère également Serge Cleuziou, professeur à Paris-I. Nous n'avons pas d'élément qui nous permette de remonter à plus de 3000 ans avant J.-C.» Jiroft ne bouleverse peut-être pas les connaissances sur les origines de la civilisation, mais une région totalement blanche sur la carte de l'archéologie s'est soudain remplie d'une culture très riche vieille de 5000 ans. (1) Roche tendre noire, grise ou verte. © Libération

Source : http://imp.lss.wisc.edu/~aoliai/historypage/moresophisticated.htm
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://heavyharmonies.com/cgi-bin/gletter.cgi?Letter=A
 
Le site de Jiroft
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Coloration ? J'hésite
» le site de la Fondation Brigitte Bardot
» Le site photovni.free un site intéressant avec des documents importants
» site Cactées épiphytes
» Le site web "detarle"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
AFDP Histoire et Sciences :: Archéologie :: Archéologie :: Archéologie Mondiale :: Asie-
Sauter vers: